Dr. med. vet. Dunya Reiwald
dipl. SHI, SVS, DENVF
Berne

 

078 82 82 485



Le comportement du chat et quelques indications sur une possible éducation

Les chats, contrairement aux chiens, ne sont pas des animaux de meute mais des solitaires. Il y a bien sûr beaucoup de chats qui aime la compagnie, mais ils n’en ont pas vraiment besoin. Ce dont ils ont besoin est un territoire et une personne qu’ils peuvent saluer quand ils en ont envie. 

Le territoire est la chose la plus importante pour le chat. C’est un animal de chasse et chaque muscle est formé de manière à réagir de façon rapide et précise (ils passent 6-8 heures par jour à observer et font 100-150 attaques dont 10% sont couronnées de succès!). Les chats ne connaissent pas de signaux d'apaisement (contrairement aux chiens). S'ils s'approchent de trop près, ils se blessent. La communication sert à garder les distances.

Voir: le chat voit bien la nuit et en profondeur, mais moins les couleurs. L’iris du chat se dilate quand il a peur ou sursaute. Elle se retrécie quand il devient agressif.

Sentir: Sentir est essentiel! Cela permet au chat de savoir qui est juste passé dans le jardin, dans quel cycle sexuel l’animal en question se trouve etc.

Moustaches: Importantes pour la communication: un animal tranquille les tient détendus. En cas de stress les moustaches vont vers l’avant et en cas de peur elles s’applatissent contre la tête.

Education: Chez le chat c’est encore plus important que chez les autres animaux: ne JAMAIS punir! Ou, si l’on est trop énervé, une réprimande pendant le délit, surtout pas après. Et il faut montrer au chat ce qu’il doit faire. Quand il fait les griffes sur le canapé, l’emmener près de l’arbre à gratter, s’il urine sur le tapis, l’emmener sur sa caisse. La punition mal placée ne fait que rompre la confiance qui règne entre l’homme et le chat. 

La phase sensible du chaton dure de la 2e à la 7e semaine. Il faut alors le manipuler doucement. Il apprend ainsi que d’être pris dans les bras n’est pas dangeureux. Toucher ses oreilles, ses pattes, son ventre et sa bouche est important. Cela permettra plus tard au vétérinaire de le regarder de plus près. 

Mais il ne faut le tenir que pour de courts instants et le libérer avant qu’il ne commence à se défendre. Avec le temps l’on pourra le tenir toujours plus longtemps. 

La caisse du chat: Beaucoup de propriétaires de chats pensent que leur petit felin utilise la caisse automatiquement, même si elle est au mauvais endroit, n’est jamais nettoyée et comporte en plus une litière désagréable. Le chat a des prérogatives pour sa caisse et peut décider d’utiliser un autre endroit, si elle est sale, trop loin ou lui fait peur. C’est pour cela qu’il ne faut pas mettre la caisse à côté de la nourriture, choisir soigneusement une litière qui plaise au chat et enlever les crottes tous les jours. Idéalement, par étage et environ 50m2 il faudrait placer une caisse.

Son nom: Pour que Filou comprenne qu’il s’appelle Filou, il doit associer le plus possible son nom avec des choses positives. Quand on le caresse, il faut répéter doucement son nom, quand on prépare sa nourriture, l’appeler par son nom et lui donner quelque chose avec la main en répétant son nom. Cela peut en effet être très utile que le chat vienne ou au moins réponde quand on l’appele, par exemple quand il est resté enfermé dans l’armoire…

Dormir: En observant où il aime se coucher on peut y installer des petits lits douillets. Les chats aiment dormir en hauteur et au chaud.

Occupation: Les chats sont actifs la nuit, mais s’habituent bien au rythme de l’homme. Il est important qu’ils puissent s’occuper assez. Pour cela il leur faut des cachettes, des arbres pour se faire les griffes, des tunnels (canapés), étagères pour regarder les oiseaux dehors etc. 

Il faudrait jouer un quart d’heure le matin et le soir si le chat ne peut sortir à l’extérieur. Pour cela il faut des jouets qui plaisent au chat : des cordes avec des souris au bout ou des cordes semirigides avec des plumes au bout par exemple. Des objets qui simulent des animaux, vu que le chat aime chasser. Chasser comme un chat, c’est-à-dire s’approcher lentement pour sauter soudain, et non comme un chien en courrant après pendant des heures ! Essayer de jouer la souris est normalement couronné de succès ! Qui n'a pas cette demie heure par jour, devrait tout au moins proposer un Pipolino à son chat. Ce jouet l'occupera plusieurs heures par jour, l'animera à chercher la nourriture cachée- au mieux le fera maigrir-. Les états de depression, ou de peur disparaissent en partie. Informez vous: www.pipolino.eu ou au cabinet Reiwald.

Laisser respirer cette souris, afin que le chat puisse s’approcher, la laisser trembler et varier la rapidité de sa course est essentiel. Le chat doit pouvoir attraper sa proie; ceci est très important et ne parle pas pour le Laserpointer ou les bulles de savon.

Le jeu modulateur du comportement: Si le chat s’effraie toujours lors d’un bruit précis, il faut essayer de le calmer en prenant son jouet préféré et capter son attention. On lui communique ainsi paix et relaxation. Les jeux peuvent aider à calmer et détourner l’attention même si deux chats se battent. Avec le temps ils associent la compagnie de l’autre avec le jeu. Mais il leur faut bien sur de nombreuses cachettes et possibilités de fuir si l’on veut qu’ils restent dans une pièce ensemble. Les jouets sont par exemple des sacs en papier ou des couvercles en plastique, mais jamais des fils ou autres objets facilement avalés. 

Si un problème persiste, il vaut mieux consulter un comportementaliste, le chat pourrait avoir mal quelque part ou avoir un problème plus grave.

©2012 www.reiwald.ch  -  powered by trente-sept.ch