Dr. med. vet. Dunya Reiwald
dipl. SHI, SVS, DENVF
Berne

 

078 82 82 485



Chevaux

Comportement et éducation du cheval, quelques indications (la science comportementale est basée sur l’observation!)

Les chevaux sont des animaux qui prennent la fuite quand une situation leur semble dangeureuse. Fuir est donc inné et caractéristique du comportement du équin. Empêcher un cheval de fuir doit être bien réfléchi!

Les chevaux sont des animaux de troupeau: ils ne se sentent pas sûrs seuls et ont besoin d’une hiérarchie. C’est pourquoi chaque troupeau a un chef et l’homme lui-même doit prendre une place dans cette hiérarchie. Cette hiérarchie est toutefois partielle, car elle dépend toujours de la situation. 

Chaque cheval est un individu et doit être considéré comme tel. Il faut le comprendre comme tel et respecter ses facettes caractérielles. Mieux l’on comprend le cheval, mieux son comportement sera évalué et les reactions prises en conséquence. La grande partie des accidents arrivent, parce que l'homme n'a pas su prévoir le comportement, ceci est possible seulement en connaissant parfaitement et le plus en détail possible le comportement du cheval.

Même si l’homme fait partie des prédateurs le cheval doit comprendre qu’il ne lui fera pas de mal. Il doit l’accepter comme un membre du troupeau. C’est beaucoup demander quand on pense que son instinct lui dit toujours de « se tirer vite fait ! » 

Un fouet ou une cravache n’ont leur place que pendant l’éducation et de manière très précise. Car le cheval sent même la petite mouche qui se promène sur son dos! En général il réagit mieux à la récompense qu'à la punition. Les mains ne doivent jamais servir d’instrument cruel, c’est la position du corps humain et des signaux clairs qui doivent faire comprendre au cheval s’il se comporte bien ou mal. La meilleure récompense pour un cheval est une caresse.

La zone personelle, c’est–à-dire la distance dont chaque être a besoin pour se sentir en sécurité est tout aussi importante pour le cheval et est utilisé lors de l’éducation. 

Il ne faut jamais permettre au cheval de transgresser cette zone sans que vous ne lui ayez permis. Il est cependant normal qu’il l’essaie de temps en temps! Soyez conséquents.

Communication: le cheval communique avec les yeux, les oreilles, les naseaux, le museau, le cou, les jambes et la queue. Il faut observer ce language et le comprendre. Quelques exemples: les yeux grands ouverts, les oreilles vers l’arrière signifie peur; les oreilles vers l’avant avec les naseaux dilatés, le cou vers l’avant signifie intérêt; les oreilles collées à la tête et vers l’arrière, les dents découvertes, un regard dans les yeux de l’autre signifie peur et promptitude à coup de sabot ou morsure. 

Broûter: un cheval passe 13- 17 heures par jour à manger. Il se promène au pas pour aller de place en place toutes les 12 secondes. Il ne s'arrête donc pratiquement que pour dormir (environ 1 h/ jour). Il va boire 1-3 fois par jour.

Mouvement: Les chevaux marchent normalement au pas. Le trop et le galop sont réservés à l’excitation, au jeu ou à la fuite.

L’écurie: Les chevaux ont vécu dans les steppes pendant 40 Mio d'années et sont à présent tenus dans des boxes (boites!). le ciel est leur toît, ce ne sont pas des êtres des cavernes! Ils doivent pouvoir bouger autant que possible et ne pas être seuls. C’est pourquoi les écuries avec accès à l’extérieur sont les meilleures surtout pour les jeunes chevaux. Tenir les chevaux attachés est interdit.

Education: La première heure est essentielle pour le cheval. Si l’on a la chance d’assister à sa naissance, de pouvoir le frotter avec de la paille et le masser sur tout le corps ensuite, on gagne beaucoup quant à son éducation. Le mieux est de continuer les massages une fois par semaine pour 5-10 minutes. Ainsi le poulain comprend tout de suite que l’homme fait partie du troupeau et ne représente pas de danger. De plus il se laissera toucher plus volontiers dans le futur, quand il s’agira de lui passer un licol ou de lui serrer la sangle. Si l’on manque ce moment, il faut commencer le plus vite possible !

15 minutes à la suite au plus et pas plus d’une heure de travail par jour. Même les poulains ont une capacité de concentration limitée !

Il ne faut pas laisser l’instinct du poulain lui dicter sa conduite, à moins qu’il ne soit destiné à être un cheval sauvage !

Troubles du comportement: Il faut toujours s’assurer que le cheval n’a pas de douleurs avant de penser à un problème comportemental. Si le cheval avale de l’air en s’agrippant à sa mangeoire ou qu’il refuse de sortir en ballade seul il faut trouver les sources de ce comportement: peur, fourrage inadéquat, manque de mouvement etc.

Parfois les caractères du cheval et du cavalier sont tout simplement trop différents! Et parfois le cavalier ne communique pas clairement au cheval ce qu’il veut. Ou le cheval n’a pas appris à avoir confiance et a peur.

Source: Monty Roberts, Johanna Sharples, Andrew McLean

©2012 www.reiwald.ch  -  powered by trente-sept.ch