La communication homme-chien ou comment fonctionne le langage canin

Au fond il est étonnant de constater que nos chiens développent si peu de problèmes comportementaux quand on réalise que nous descendons du singe, alors qu’eux, du loup !

Les chiens sont incroyablement adaptables. Le langage canin est surtout corporel et olfactif.

Pratiquement, leur communication est tellement raffinée, qu’elle permet une adaptation aux environnements les plus divers, avec des espèces différentes, du moment que ces espèces s’approprient le mieux possible ces moyens de communication.

Cette communication rend possible d’agrandir ou d’amoindrir les distances entre individus et donc de rassembler ou disperser un groupe. Un des moyens est l’agression : Ennemis ou intrus sont chassés afin d’éviter le combat. Les agressions permettent donc de tenir certains individus à distance afin de protéger nourriture, petits ou territoire. S’il s’agit de chasser une proie, ce n’est plus de l’agression, mais un comportement visant à amoindrir la distance, donc un comportement de chasse à proie avec approche, mise à mort et ingestion.

 

Les chiens doivent montrer de l’agression afin de préserver leur espèce et de communiquer. La chasse à proie peut, elle, être éliminée autant que possible du répertoire comportemental grâce à l’éducation et à l’élevage.

Jusqu’à huit semaines, les chiots sont élevés par leur mère. Ils apprennent par le jeu ce qui est permis et ce qui ne l’est pas ainsi que toutes les règles sociales. Si l’on sépare les petits avant 8 semaines de leur mère, les troubles comportementaux sont inévitables.

Les petits sont ensuite projetés dans une nouvelle situation avec de nouveaux partenaires sociaux, des hommes divers, des enfants, d’autres animaux etc… C’est alors qu’ils ont la chance de s’habituer à toutes ces nouvelles choses, jusqu’à la fin de la période sensible à 16 semaines, donc 4 mois. Si les contacts sont empêchés, la peur, l’anxiété ou l’agression sont probables.

La communication est une partie très importante de l’éducation du chiot. Si elle fonctionne, c’est à dire passe 1 :1, le chiot apprendra vite. Si par contre il ne comprend pas ce qui lui est demandé, il ne progressera pas et développera peut-être des anomalies comportementales, surtout si on lui demande trop ou s’il est punit injustement, ce qui est le cas dans 90% des cas. C’est pourquoi une communication bimodale est à préférer, car le chien comprend mieux les sons accompagnés d’un mouvement de lèvre, de bras ou de mains.

Il est également préférable de laisser le chien le plus libre possible, afin de lui permettre de pouvoir recourir à toute sa palette de moyens de communication. Il est clair qu’un chien à la laisse ou dans les bras ne peut le faire. 

©2012 www.reiwald.ch  -  powered by trente-sept.ch